ACCUEIL        INTRODUCTION        CHRONOLOGIE        BCV INTERNATIONAL        SWISS COPYRIGHT        QU'EST-CE QU'UN MENSONGE?

Séquence chronologique

05.12.2016 - 16.12.2016

Un cabinet d'avocats de Genève est contacté

 

05.12.2016

 

08.12.2016

16.12.2016

16.12.2016

Lettre de de Preux Avocats à la BCV au sujet d’une demande de dommages et intérêts.

Il se trouve qu’il a été très difficile de trouver un bureau d'avocats dans le canton de Vaud, qui soit à même de m'aider face à la BCV.

Je suis finalement parvenu à trouver le cabinet de Preux Avocats dans le canton de Genève.

Au début du mois de décembre 2016, mon avocat de Preux Avocats a envoyé une lettre à la BCV.

[Dokument Nr. 48]

 

Confirmation par la BCV de la réception de la lettre de de Preux Avocats.

Dans la lettre de confirmation de la BCV, la banque m’assure accorder toute son attention à ma lettre.

[Dokument Nr. 49]

 

Lettre de de Preux Avocats qui doute de la crédibilité de celle de la BCV.

De Preux Avocats doute de la sincérité et de l’honnêteté des déclarations de la BCV.

[Dokument Nr. 50]

 

Lettre de la BCV qui porte sur le rejet des demandes de dommages et intérêts

Il semble que la BCV - comme promis dans la lettre [Dokument Nr. 49] du 08.12.2016 - n'a malheureusement pas accordé toute son attention à la lettre. Comment expliquer autrement que la somme du prêt de CHF 90.000 mentionnée par M. Pierre Godel soit fausse ?

 


Le montant du prêt demandé était de CHF 125 000, comme on peut le voir dans le business plan. Le montant de la compensation requise a été fixé à CHF 90.000 ou CHF 87.034,44.

Je souhaite donner à chaque lecteur l'opportunité d'examiner la véracité des déclarations faites par M. Pierre Godel dans sa lettre du 16 décembre 2016. Mon avocat se positionne également sur cette question dans sa lettre [Dokument 60].

Comme je l'ai lu à la page 11 sous le point 53, mon avocat a écrit dans cette lettre de M. Godel : "Dans sa réponse du 16 décembre 2016, la BCV a présenté une nouvelle version des faits erronée et incohérente."

 

1. Allégation de Pierre Godel: Les documents auraient été soumis « au cours du mois de mars 2016 ».

Tous les documents demandés par la BCV lors de l’entretien du 11 mars 2016 ont été mis à disposition de M. Meylan le 13 mars.

Lettre de mon avocat de Preux Avocats [Dokument Nr. 60 - point 20, page 6] "quelques jours plus tard"

2. Allégation de Pierre Godel: Une deuxième demande de la BCV au début d'avril aurait été nécessaire pour obtenir des informations.

M. Meylan a dû poser une nouvelle fois les mêmes questions, car il n'avait pris aucune note lors du premier entretien du 11.03.2016. Voir aussi [Dokument Nr. 4]

Lettre de mon avocat de Preux Avocats [Dokument Nr. 60 - point 25, page 6]

3. Allégation de Pierre Godel: Le 11.04.2016, la demande de crédit avait déjà été rejetée.

Si cela avait vraiment été le cas, pourquoi le résultat ne m'a-t-il pas été communiqué ? J'aurais pu me rendre chez un autre établissement de crédit ou ajuster le business plan en fonction des besoins de la BCV si quelqu'un m'avait contacté.

Schreiben Rechtsanwalt de Preux Avocats [Dokument Nr. 60 - point 26 et 27, page 7]

4. Allégation de Pierre Godel: M. Meylan se serait démené pour m’obtenir un crédit de la part de la BCV.

Si cela avait été le cas, M. Meylan aurait pris contact avec moi pour discuter des problèmes afin que l’on puisse trouver une solution ensemble. Sur la base globale de la communication avec M. Meylan, je n’ai aucune raison de penser que cette personne a montré une motivation particulière pour mon projet.

Comment M. Meylan aurait-il pu travailler pour moi s'il ne pouvait même pas lire le business plan en allemand ?

Lettre de mon avocat de Preux Avocats [Dokument Nr. 60 - point 26 et 27, page 7]

5. Allégation de Pierre Godel: M. Meylan m'avait dit le 18.05.2016 que la demande de prêt avait été rejetée.

Si cela avait vraiment été le cas, pourquoi ne m’a-t-on pas communiqué le résultat ? J'aurais pu me rendre chez un autre établissement de crédit. La suite des événements prend une toute autre tournure. Voir aussi la date du 30.06.2016 et [Dokument Nr. 16].
Si c’était bien le 18 mai 2016 que M. Meylan m'avait informé du rejet de la demande de prêt :

1. M. Meylan n’aurait plus eu besoin de rechercher des « solutions » pour moi.

2. Pourquoi M. Raynald Mayor et M. Patrick Blanc n'ont-ils pas mentionné cette date importante dans leur lettre ? Au contraire, M. Blanc s'est excusé [Dokument Nr. 22] pour le retard dans le traitement de la BCV et la réponse tardive.

Cette date n'a jamais été mentionnée lors des discussions avec M. Paux.

Seul M. Godel se réfère exclusivement à cette date, mais sans être en mesure de fournir une preuve solide !

Lettre de mon avocat de Preux Avocats [Dokument Nr. 60 - point 29 à 31, page 7]

[Dokument Nr. 51]

 

Question:

Si le 18.05.2016 était effectivement le jour de la décision du rejet du prêt, pourquoi ai-je dû utiliser mon assurance de protection juridique afin d’obtenir une justification écrite ?

Dans la lettre de M. Godel, il n’est plus fait mention du transfert du service en République Tchèque comme était une des raisons du refus de la demande de crédit.

Les deux autres raisons de M. Blanc pour le refus [Dokumnet Nr. 27] sont complètement réfutées par mon avocat dans le document [Dokument Nr. 60 - Punkt 43 und 45, Seite 9].

Continuer: Procédures de conciliation à Lausanne et autorisation de poursuites

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Google+ Icon
  • Schwarz Blogger Icon
  • Schwarz YouTube Icon