ACCUEIL        INTRODUCTION        CHRONOLOGIE        BCV INTERNATIONAL        SWISS COPYRIGHT        QU'EST-CE QU'UN MENSONGE?

Séquence chronologique

04.07.2016 - 21.07.2016

Patrick Blanc (directeur adjoint) et Raynald Mayor (fondé de pouvoir)

04.07.2016 -

08.07.2016

 

11.07.2016

 

12.07.2016

 

14.07.2016

 

 

15.07.2016

 

19.07.2016

 

 

20.07.2016

21.07.2016

Cette semaine-là, j'avais essayé d’organiser un rendez-vous entre M. Paux, mon fiduciaire et M. Meylan. Mais je n’y suis pas parvenu. J'ai alors décidé de contacter directement un responsable de la BCV.

 

J'ai recherché qui je pouvais contacter à l’agence BCV de Morges pour obtenir un entretien.

Objet : Plainte concernant l’absence de justification écrite pour le refus de la demande de prêt

La première discussion a eu lieu avec M. Raphael Boylan. Il m'a redirigé vers M. Raynald Mayor. Après l’avoir rapidement informé de ma situation, M. Mayor m’a promis de parler à M. Meylan et de me tenir au courant de l’issue de leur conversation le lendemain.

[Conversation documentée - Dokument Nr. 17]

Deuxième réunion avec M. Mayor.

Objet : Plainte concernant l’absence de justification écrite pour le refus de la demande de prêt

 

M. Mayor m'a donné une justification écrite pour le refus de la demande de prêt après 17 semaines.

[Dokument Nr. 19]

Question:

- Un document officiel de la Banque Cantonale Vaudoise ressemble-t-il à cela ?

- Un client doit-il attendre 17! semaines pour obtenir un tel document ?

- Pourquoi la Banque Cantonale Vaudoise n’a-t-elle pas pu fournir des documents complémentaires afin d’appuyer ses allégations ?

- N’est-il pas intéressant qu’une entreprise suisse puisse recevoir comme raison d’un refus de crédit la déclaration suivante de la part de M. Mayor : « Cœur du système basé hors du canton de Vaud » ???

Comme on peut le lire dans mon business plan, la future société est enregistrée en Suisse et basée à Romanel-sur-Morges.

M. Mayor m’a suggéré de solliciter un prêt auprès du Cautionnement Romand !

Cela signifie-t-il que M. Meylan n'a jamais effectué une demande auprès du Cautionnement Romand comme cela lui avait été demandé lors de la discussion avec mon fiduciaire M. Paux le 11.03.2016 ???

[Conversation documentée - Dokument Nr. 18]

Troisième entretien avec M. Mayor.

Cet entretien concernait la clarification de questions qui ont découlé des motifs de refus donnés par M. Mayor.

J'ai tout particulièrement demandé les informations suivantes à M. Mayor :

1. Quel employé de la BCV a lu et évalué le business plan ?

    Réponse de Raynald Mayor: M. Meylan et un analyste de crédit ont lu le business plan. L'analyste de crédit est avocat et a

    (auparavant) travaillé avec M. Mayor au Crédit Suisse.

2. Pourquoi cette personne - l'analyste de crédit - n’a-t-il pas pu me faire parvenir le résultat ?

    Réponse de Raynald Mayor: Ce n’est pas une tâche rattachée à l'analyste de crédit, cela relève de la responsabilité de M.

    Meylan ou de M. Mayor. C'est la faute de M. Meylan et/ou de M. Mayor si je n’ai reçu aucune information au sujet de ma

    demande.

3. Pourquoi n’ai-je pas été contacté directement par un employé de la BCV afin de clarifier toute discordance ?

    Réponse de Raynald Mayor: M. Mayor n’avait pas de réponse à apporter à cette question.

4. Sur la base de quels critères (faits, calculs, évaluations), la BCV est-elle parvenue à la conclusion de rejeter la demande de

    prêt ? Quelles données ont été prises en compte lors de l'analyse ?

    Réponse de Raynald Mayor: Sur la base de l'expérience de l'analyste de crédit, la demande de prêt a été rejetée.

5. Quelle est l'évaluation des risques pour la BCV ? Mon fiduciaire parle bien d'un crédit à faible risque !

    Réponse de Raynald Mayor: L’évaluation des risques pour la BCV sera discutée le lendemain avec notre fiduciaire, M.Paux.
 

6. Pourquoi M. Meylan n'a-t-il pas pris contact avec le Cautionnement Romand comme M. Paux le lui avait demandé ?

    Réponse de Raynald Mayor: M. Mayor prendra contact le jour-même avec le Cautionnement Romand et a appelé M. Abetel.

M. Mayor a également fait remarquer que selon l'analyste de crédit de la BCV il y avait également des services de pressing et de repassage dans le canton de Vaud, qui seraient exposés à une concurrence étrangère avec mon service. L'argent gagné avec mon futur service de repassage « partirait à l'étranger ».

Veuillez me contacter si vous souhaitez écouter l'entretien dans son intégralité.

[Conversation documentée - Dokument Nr. 20]

Entretien avec M. Mayor dans le bureau de M. Paux.

J’ai informé M. Paux de mon entretien de la veille avec M. Mayor à l’agence BCV Hôtel-de-Ville. M. Paux et M. Mayor ont échangé en français. M. Paux a tout particulièrement confronté M. Mayor au volet financier du business plan, qui a été qualifié de « à faible risque » par M. Paux lui-même.

Cette évaluation contraste fortement avec les allégations faites par M. Mayor [Dokument Nr. 19], affirmant que la réserve de fonds était insuffisante.

M. Paux a également référé directement à une entreprise proposant un service similaire à celui de mon business plan. Cette société est financée par la BCV et est présentée sur le site internet de la BCV sous le titre "Blanchisserie du 21e siècle trouve finacement" [4]. Dans la suite de la conversation entre M. Paux et M. Mayor, M. Mayor a déclaré que mes tarifs étaient des "tarifs de dumping" !

Lors de cette conversation qui a duré environ une heure, M. Paux est parvenu à réfuter toutes les déclarations faites par M. Mayor dans le [Dokument Nr. 19] et à fournir des preuves. M. Mayor a finalement pris conscience de la gravité des dommages causés par la BCV et nous a demandé le montant de la compensation pour les dommages financiers !

Un nouvel appel a été convenu la semaine suivante avec M. Blanc, chef de bureau adjoint et directeur régional PME, après son retour de vacances.

[Conversation documentée - Dokument Nr. 55]

 

Entretien avec M. Mayor et M. Blanc dans le bureau de M. Paux.

Au cours de la conversation tenue en français, M. Blanc a fait les déclarations suivantes :
1. Il ne serait pas conforme à la politique commerciale de la BCV de mener, de promouvoir ou de soutenir une entreprise à

    l'étranger.
2. Il aurait rejeté un business plan en allemand.
3. À cause de la longue attente, j’aurais dû « changer de cheval » et aller voir une autre banque
4. BCV aurait bien travaillé et correctement (sans faire d’erreur). Sur la base des faits présentés par M. Paux et par moi-même, M.

    Blanc a reconnu les défaillances de la BCV.

[Conversation documentée - Dokument Nr. 21]

 

Question:

- Si c'était vraiment la politique commerciale officielle de la BCV que « de ne pas faire d’affaires à l'étranger », pourquoi cela ne

  m'a-t-il pas été signalé par M. Meylan durant le premier entretien le 11.03.2016 ??

- Pourquoi M. Blanc avait-il rejeté un business plan en allemand ? L'allemand est l'une des quatre langues officielles de la Suisse.

- Pourquoi M. Blanc conseille-t-il à ses clients de « changer de cheval » ? Est-ce là leur vision du service à la clientèle ou de

  l'excellence opérationnelle ?

- Pourquoi M. Blanc affirme-t-il que la BCV aurait parfaitement fait son travail avant d’admettre plus tard que des erreurs ont été

  faites ?

Mes conversations à partir du 19 juillet 2016 seront envoyées par courrier électronique à M. Paux.

[Dokument Nr. 72]

Après plus de 4 mois, j'ai reçu le premier document officiel de la BCV concernant ma demande de prêt.

M. Blanc et M. Mayor s'excusent dans cette lettre pour les retards dans le traitement de mon dossier ainsi que pour la communication tardive de la part de la BCV !

Cependant, dans cette lettre la BCV ne me fournit aucune raison de refus de la demande de crédit !

Cela signifie que : après plus de 4 mois, je n'ai toujours aucune information (officielle) concernant les raisons du refus de la demande de crédit.

[Dokument Nr. 22]

 

 

Remarque:

Durant l’intégralité de la correspondance avec M. Blanc et M. Mayor, il n’est jamais fait mention du fait qu’il y aurait déjà eu une prise de contact faite par M. Meylan le 18 mai 2016 concernant la décision pour la demande de crédit. L'avocat de la BCV, M. Pierre Godel, le prétend dans sa lettre du 16 décembre 2016 [Dokument Nr. 51].

Question:

Selon la déclaration de M. Mayor datée du 14.07.2016, la BCV semble considérer ma future entreprise comme une « concurrence étrangère » face aux entreprises locales. Est-ce la raison pour laquelle je n'avais jamais eu de nouvelles de M. Meylan et que j'ai été « pris en otage » par sa réponse ? M. Meylan espérait-il que je me retire et que j’effectue une demande de crédit dans une autre banque ?

Mon entreprise aurait été une entreprise suisse locale, dont le siège social aurait été situé à Romanel-sur-Morges. Les impôts auraient été payés en Suisse et des emplois auraient été créés. Tout cela était expliqué en détail dans mon business plan.

Continuer: L’assurance de protection juridique CAP à Lausanne est sollicitée

La vraie raison pour laquelle BCV a rejeté mon plan d'affaires - Raynald Mayor, Fondée de pouvoir BCV
00:00 / 00:00

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Einzelnachweise / Fussnoten:

1. Internetseite Cautionnement Romand / Bürgschaft Westschweiz (2017)
    au service des PME / im Dienste der KMU

     Sektion: Coopérative vaudoise de promotion du cautionnement CVC
    [Online im Internet:] URL: http://www.crcpme.ch/ [Stand 19.06.2017]

2. Treffpunkt der Finanzwelt finews.ch (2014)

    Online Ausgabe Donnerstag, 09. Oktober 2014
    BCV-CEO: «Banken leben noch in der Steinzeit»
    [Online im Internet:] URL: http://www.finews.ch/news/banken/16472-bcv-pascal-kiener-effizienz-ablaeufe-prozesse-steinzeit [Stand 14.06.2017]

3. Linkedin Profil: Christophe Meylan, Conseiller commercial PME, Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

    [Online im Internet:] URL: https://ch.linkedin.com/in/christophe-meylan-3103b689 [Stand 19.06.2017, 16:51]

4. Internetseite Banque Cantonale Vaudoise, BCV (2017)   

    BCV info entreprises - Blanchisserie du 21e siècle trouve financement 

  [Online im Internet:] URL: https://www.bcv.ch/Entreprises-et-institutions/Reseauter-et-vous-informer/BCV-info-entreprises/Blanchisserie-du-21e-siecle-trouve-financement/Blanchisserie-du-21e-siecle-trouve-financement [Stand 25.06.2017]

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Google+ Icon
  • Schwarz Blogger Icon
  • Schwarz YouTube Icon